ABV_Les enseignements

Ce mode d’approche d’Atelier BIM Virtuel retenu de rétro-conception d’un projet déjà réalisé a permis de simuler le traitement en 9 mois la phase programmation, conception et réalisation, et donc de gagner du temps par rapport à une opération réelle conduite en mode classique et d’avoir un retour d’expérience plus rapide en s’affranchissant du chantier.

Le bilan de ce premier ABV a mis en évidence plusieurs éléments clés conditionnant la réussite d’un projet réalisé en mode BIM. À l’échelle d’un projet de cette nature, l’atelier a d’abord mis en avant la nécessité de mettre au point en amont, entre tous les acteurs du projet, une convention BIM. Celle-ci devant préciser de manière réaliste les modalités d’intervention des uns et des autres en fonction des niveaux de maturité BIM des équipes et des outils réellement disponibles et de leurs limites en termes d’interopérabilité. 

L’atelier a confirmé que le BIM assure une meilleure compréhension et appropriation du projet entre tous les acteurs, un accès et un partage des informations plus efficace, une amélioration de la traçabilité des travaux et des échanges, la réalisation de simulations techniques inimaginables sans maquette numérique, la conduite d’auto-contrôles performants à tous les niveaux, une réduction des risques d’erreurs et d’incohérences et des gains de temps significatifs. Même s’il reste encore des progrès à faire, notamment en termes d’interopérabilité et de formation, la démonstration est concluante : le BIM n’est plus une notion théorique. 

L’ensemble des acteurs de la filière, y compris les TPE/PME, ont démontré que l’on est aujourd’hui en mesure de lancer, concevoir, construire et exploiter un projet en open BIM de niveau 2 pour des opérations courantes traitées en lots séparés. Les compétences et les outils existent. L’état de l’art est satisfaisant. 

La démarche numérique et BIM semble désormais à la portée de tout type de projet et d’entreprises, même les plus petites peuvent, qui elles aussi, peuvent bénéficier des gains de temps, de réduction des ressaisies et de la résolution des conflits de conception dès l’amont d’un projet. 

La réussite de ce premier atelier a rapidement débouché sur le projet ABV+ pour aller plus loin et de prolonger l’expérience et l’élargir à d’autres aspects du BIM.

alt_image

ABV_Présentation de la démarche

Le projet ABV (Atelier BIM Virtuel) initié en juillet 2016 a consisté à refaire en BIM une opération de 30 logements sociaux à La Rochelle déjà réalisée, pour démontrer de façon réaliste et pragmatique ce que l’on savait concrètement et

ABV +_Présentation du projet

Cette seconde démarche, baptisée Atelier BIM virtuel Plus (ABV+) a été lancée en septembre 2017. Elle visait une montée en puissance de l’expérimentation, en reprenant les données de l’immeuble de 30 logements sociaux à La Rochelle déjà rétro conçu en

ABV+_Le BIM et la spécification du programme

L’atelier 1 a été invité à détailler les moyens dont disposent les maîtres d’ouvrage pour définir complètement leurs programmes, parfois très différemment en mode BIM. À ce niveau, cette analyse a consisté à définir un socle commun sur la nature

ABV+_Le BIM et le coût global

Les professionnels de l’atelier 2 mobilisés ont réfléchi sur la manière dont le BIM pourrait contribuer à optimiser l’approche en coût global d’une construction et de la façon de l’exploiter. De fait il existe encore peu d’études traitant de ce

ABV+_LE BIM et l’ACV / E+C-

L’atelier 3 s’est chargé d’étudier les possibilités et l’intérêt d’intégrer les données environnementales des produits/objets d’une maquette numérique, afin de faciliter les calculs d’analyse du cycle de vie (ACV). Il s’agissait de mettre en évidence les freins et de définir

ABV+_Le BIM et le 4D Chantier

L’atelier 4 s’intéresse aux possibilités, pour les PME/TPE, d’intégrer et d’exploiter le BIM et la 4D en phase réalisation. Il s’agit de conduire des études sur la manière d’intégrer, dans la maquette numérique, des éléments de planification de type BIM4D,